L’ONU a trouvé la solution: changer le droit canon! Reviewed by Momizat on . Extrait du préambule  de la convention internationale des droits de l’enfant:   "Ayant présent à l’esprit que, comme indiqué dans la Déclaration des droits Extrait du préambule  de la convention internationale des droits de l’enfant:   "Ayant présent à l’esprit que, comme indiqué dans la Déclaration des droits Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Genre » Actualités » L’ONU a trouvé la solution: changer le droit canon!

L’ONU a trouvé la solution: changer le droit canon!

Extrait du préambule  de la convention internationale des droits de l’enfant:

 

« Ayant présent à l’esprit que, comme indiqué dans la Déclaration des droits de l’enfant, « l’enfant,
en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d’une protection
spéciale et de soins spéciaux, notamment d’une protection juridique appropriée, avant comme
après la naissance »..

Réponse du Vatican au comité de l’Onu qui lui demande d’amender sa doctrine.

NEW YORK, 5 février (C-FAM) Le Vatican vient d’accuser un comité de l’Onu d’interférence dans la doctrine de l’Eglise et de violation de la liberté de religion. Le comité venait de lui demander de changer son enseignement sur l’IVG et l’homosexualité.

D’après le comité de suivi du respect des droits de l’enfant, l’Eglise devrait changer sa doctrine sur l’IVG. L’Eglise ne devrait plus excommunier automatiquement ceux qui pratiquent ou assistent une IVG. C’est ce qu’affirment les experts dans leurs observations publiées mercredi, suite à un examen d’un an de la pratique vaticane dans le domaine de la protection de l’enfance.

Selon ces observations, la doctrine de l’Eglise sur la question du mariage et de la sexualité doit donc changer, puisqu’elle fait obstacle à l’accès à la contraception par les adolescents.  Par ailleurs, les experts ont affirmé que l’enseignement de l’Eglise sur l’homosexualité contribue à la « stigmatisation sociale et à la violence » à l’égard des adolescents homosexuels, et des enfants élevés par des couples homosexuels.

Le Vatican a immédiatement réagi en publiant un communiqué de presse, dans lequel il déclare que les experts de l’Onu ne peuvent interférer dans la doctrine de l’Eglise sur la question de la dignité humaine, ni dans son exercice de sa liberté religieuse.

Monseigneur Silvano Maria Tomasi, représentant du Vatican au siège des aux Nations Unies de Genève, a confié à Radio Vatican que sa première réaction aux observations avait été la surprise.

Le comité a adopté une approche négative, et il a « bien tort », a-t-il dit avec consternation. « L’Eglise ne peut simplement renoncer à ses convictions », puisque l’enseignement de l’Eglise sur la question de la dignité humaine est fondamentalement liée à la préservation du bien commun.

Les observations du comité « vont à l’encontre de l’esprit et de la lettre de la Convention relative aux droits de l’enfant », a ajouté Mgr Tomasi. Le préambule du Traité stipule en effet que les enfants devraient être protégés avant, et après leur naissance.

Il a déploré que le comité n’ait pas pris en compte les mécanismes avancés de protection de l’enfance existant dans les églises locales du monde entier. Ceux-ci se sont formés en réponse aux accusations d’abus sexuels concernant le clergé.  Il a ajouté que l’Eglise était devenu en pratique « leader » dans le domaine de la protection de l’enfance.

Mgr Tomasi a déclaré que les observations du comité ne se basaient pas sur des données actuelles; manière polie de dire que le comité ne fait pas son travail correctement.

Le Vatican s’est assis à la table de ces mêmes experts le mois dernier pour parler du travail du Vatican dans le domaine de la protection de l’enfance, conformément à la Convention relative aux droits de l’enfant que le Saint Siège a ratifié. Pendant cette réunion, les mêmes questions avaient été soulevées par le comité, et adressées par le Vatican de manière étendue.

Pour Mgr Tomasi, les observations du comité ont été préparées à l’avance et n’ont pas tenu en compte les discussions de cette réunion. C’est une accusation grave.

Ce n’est pas la première fois que les comités de l’Onu sont accusés de ne pas faire leur travail correctement. Les experts ont été critiqués de nombreuses fois pour avoir laissé les fonctionnaires de l’Onu le soin de remplir leurs propres tâches, sous l’influence d’organisations qui font la promotion de l’avortement et de l’homosexualité, ou d’autres causes polémiques.

Les observations controversées du comité n’auraient pu arriver à un pire moment dans le travail de suivi des comités de l’Onu. Le travail des comités est en effet en court d’examen approfondi par l’Assemblée générale de l’Onu. Un code de conduite pour les experts a été proposé à l’Assemblée générale. Son but est de responsabiliser les experts.


Commentaire de Jeanne Smits.

 

Lu pour vous : le rapport qui demande à l’Église de modifier sa doctrine.

 

 

Difficile à trouver. Mais en cherchant bien, on peut le lire en ligne : le projet de rapport brut dont la version définitive a été publiée mercredi de la semaine dernière par les « experts indépendants » du Comité onusien pour les droits de l’enfant et ses injonctions à l’Eglise catholique romaine. Elles vont bien au-delà de celles que j’évoquais dans notre numéro d’avant-hier, citées d’après des sources anglophones ou hispanophones. Elles sont proprement hallucinantes.

 

Enfin… pas tant que ça. Elles entrent parfaitement dans le cadre d’une guerre mondiale contre la loi naturelle dont l’Eglise est la meilleure garante, guerre où le très marginal lobby LGBT joue un rôle de premier plan. Et elles ne sont pas à prendre à la légère : lorsqu’un évêque esp d’agnol les qualifie inquisition laïque, il souligne, en utilisant l’image que l’on a aujourd’hui de cette institution d’Eglise, à la fois la puissance et le « dogmatisme » de ce qu’il faut bien appeler la religion des temps modernes. A moins que, dans son nihilisme, il ne s’agisse du nihilisme des derniers temps…

 

Et ainsi se dresse, contre la foi et la religion universelles, fondées sur la vérité, la singerie d’universalité de la religion laïque qui est une a théocratie.

 

Le Comité pour les droits de l’enfant veille à la mise en œuvre et au respect de la Convention des droits de l’enfant, sur lesquels le Saint-Siège a soumis ses propres observations – avec un énorme retard – à la suite d’une première évaluation réalisée il y a quatorze ans. Le Saint-Siège – et avec lui l’ensemble du monde catholique, souligne le rapport du Comité – n’a pas satisfait aux exigences présentées alors. Surtout, le rapport estime que le Saint-Siège, et avec lui l’Eglise, devrait enfin, en retirant ses réserves à cet égard, considérer la Convention des droits de l’enfant comme ayant préséance sur son droit interne. « Le Comité recommande au Saint-Siège d’entreprendre une révision complète de son cadre normatif, en particulier le droit canonique, en vue d’assurer sa pleine adéquation avec la Convention » : il s’agit clairement de faire primer la loi civile sur la loi morale et religieuse.

 

Passons sur la proposition d’installer partout des autorités et des mécanismes permettant de mettre en œuvre et de vérifier cette adéquation, aussi bien pour les conseils pontificaux, les conférences épiscopales, les institutions religieuses que les individus. Avec les moyens, s’il vous plaît : « humains, financiers et techniques ».

 

 

L’Eglise, concède le rapport, fait beaucoup pour les enfants. Mais il serait grand temps qu’elle le fasse en partant d’une « approche basée sur les droits des enfants » et qu’elle ait un système permettant la traçabilité des dépenses qu’elle fait pour eux, et (sic) l’évaluation du budget nécessaire pour assurer les droits des enfants vivant dans l’Etat du Vatican…

 

Il va falloir que l’Eglise mette en place des programmes de conscientisation sur les droits des enfants dans ses programmes éducatifs et scolaires, mais aussi pour tous ses enseignants et responsables d’institutions religieuses. Et puis pour tout le clergé, et dans tous les séminaires.

 

Il va falloir que l’Eglise, et le droit canonique, fassent disparaître les termes stigmatisants : « enfants illégitimes » (canon 1 139 par exemple). « Tout en prenant note de la déclaration de progrès faite en juillet 2013 par le pape François, le Comité est préoccupé par les déclarations passées du Saint-Siège sur l’homosexualité qui contribuent à la stigmatisation sociale et à la violence à l’encontre des adolescents lesbiens, gay, bisexuels et transgenres et des enfants élevés par des couples de même sexe. »

 

Nul ne s’étonnera de ce que cela soit avancé au nom de la non-discrimination : il ne faut pas discriminer à l’encontre des enfants nés hors mariage en les qualifiant d’« illégitimes » ; il va falloir que l’Eglise mette en jeu « toute son autorité morale » pour condamner toute forme de discrimination, de violence ou de harcèlement à l’encontre des enfants « à raison de leur orientation sexuelle ou de celle de leurs parents ».

 

Et il ne s’agit pas de ne pas leur faire du tort ! Dans ce concept de la non-discrimination, ce n’est pas la protection de la dignité humaine de chacun qui est au premier plan, mais le refus de tout discours moral. La dictature du relativisme le veut : il faut qualifier d’insupportable l’enseignement selon lequel l’activité homosexuelle est un péché…

 

« En se référant à ses préoccupations déjà exprimées sur la discrimination à raison du genre, le Comité regrette que le Saint-Siège continue de mettre l’accent sur la promotion de la complémentarité et de l’égalité de dignité, deux concepts qui diffèrent de l’égalité en droit et en pratique visée par l’article 2 de la Convention et qui sont souvent utilisés pour justifier des politiques et des législations discriminatoires. » A l’heure de la théorie du genre « qui n’existe pas », le Comité regrette d’ailleurs bien que « le Saint-Siège n’ait pas pu produire des informations précises quant aux mesures prises pour promouvoir l’égalité entre filles et garçons et pour ôter les stéréotypes de genre des manuels des écoles catholiques ».

 

La Vierge Marie voilée, saint Joseph qui la protège et travaille pour faire vivre le foyer de Nazareth ? Quel scandale ! Encore un peu – il suffira de « mettre en œuvre » une Convention concernant les adultes – et l’Eglise sera sommée d’ordonner les femmes. D’en faire des évêques ou des porteuses de cercueils…

 

Il va falloir aussi que l’Eglise se mette à respecter le droit des enfants à la liberté d’expression. Les familles catholiques aussi, tiens ; un peu de démocratie à la table familiale fait des merveilles pour promouvoir l’égalité ! Et dans les écoles ? Que les enfants aient droit de participer à la planification des programmes scolaires…

 

Les enfants de prêtres sont aussi à protéger. Pour qu’ils puissent connaître leurs pères, être élevés par eux. (A l’heure du « mariage » gay et de la procréation médicalement assistée, on croit rêver…)

 

L’ Eglise est encore sommée d’aider à éviter l’abandon d’enfants en « procurant la planification familiale, la santé reproductive, des conseils adéquats et du soutien social afin d’éviter les grossesses non désirées », et d’en finir avec les « boîtes à bébés » où les mères peuvent laisser le bébé qu’elles ne se sentent pas en mesure d’élever.

 

Des recommandations interminables

 

Il va falloir (mais oui, la liste est vraiment très longue) que l’Eglise en finisse avec les punitions corporelles, avec ses « raclées rituelles » qui sont à bannir aussi bien dans les institutions de l’Eglise que dans les foyers. Le droit canonique devra être modifié afin de permettre la punition des contrevenants. L’enseignement, lui, prendra soin d’« interpréter l’Ecriture sainte » en ce sens…

 

« Le Comité s’inquiète de la position du Saint-Siège selon laquelle les autorités civiles ne doivent intervenir dans le cadre familial qu’au seul cas où des abus avérés ont été commis, afin de ne pas porter atteinte aux devoirs et aux droits des parents. Une telle position porte gravement atteinte aux efforts entrepris pour prévenir les abus et les manquements à l’égard des enfants. Le Comité s’inquiète aussi de ce que le Saint-Siège, en dépit de son influence considérable sur les familles catholiques, n’ait pas encore adopté une stratégie d’ensemble afin de prévenir les abus et les manquements au sein du foyer. »

 

Naturellement, il va falloir que les enfants disposent au sein de l’Eglise de mécanismes pour se plaindre de ce type d’abus…

 

Passons encore sur les paragraphes concernant les « prêtres pédophiles », pour retenir cette autre injonction : le droit canon devrait « reconnaître la diversité des cadres familiaux ». Et l’Eglise devrait s’efforcer de réunir les enfants placés dans des institutions catholiques avec leurs parents.

 

Pour les jeunes filles, il faudra encore fixer, pour protéger leur santé et leur bien-être, les cas où l’avortement sera permis, l’urgence étant d’amender le canon 1398. Mais aussi de faire tomber « les tabous sur la sexualité adolescente », de promouvoir « le planning familial et la contraception », et l’éducation sexuelle obligatoire pour les adolescents, filles et garçons, afin d’éviter les grossesses précoces et les maladies sexuellement transmissibles : ce sera l’« éducation à la santé reproductive ».

 

Cette véritable charte de l’anti-catholicisme n’a sans doute pas de pouvoir contraignant immédiat. Mais elle est dans l’air du temps, et elle inspirera les travaux et les règles des institutions internationales tout en justifiant toute coercition en ce sens au sein des Etats à l’encontre de l’Eglise.

 

Le cadre d’une nouvelle persécution…

 

 

Article extrait du n° 8043 de Présent, du Vendredi 14 février 2014.

 

 

 

 

Retour en haut de la page