Les évêques réunis en Terre Sainte : la « théorie du genre » s’oppose à la valorisation véritable et authentique de la personne humaine. Reviewed by Momizat on . Les Présidents des Conférences Episcopales des pays européens se sont rendus en Terre Sainte (11-16 septembre 2015) à l'invitation du Patriarche de Jérusalem, p Les Présidents des Conférences Episcopales des pays européens se sont rendus en Terre Sainte (11-16 septembre 2015) à l'invitation du Patriarche de Jérusalem, p Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » International » Evènements internationaux » Les évêques réunis en Terre Sainte : la « théorie du genre » s’oppose à la valorisation véritable et authentique de la personne humaine.

Les évêques réunis en Terre Sainte : la « théorie du genre » s’oppose à la valorisation véritable et authentique de la personne humaine.

Les Présidents des Conférences Episcopales des pays européens se sont rendus en Terre Sainte (11-16 septembre 2015) à l’invitation du Patriarche de Jérusalem, pour leur Assemblée Plénière.

 

 

Après avoir évoqué les grands mouvements des peuples actuels (voir l’intégralité de la communication ), ils également souligné avec vigueur la nécessité de respecter la liberté religieuse, droit de l’homme fondamental, sans lequel les autres droits ne sont que trop fragiles. Preuve tragique en est la persécution des chrétiens, parmi lesquels nombreux sont ceux qui ont offert leur vie comme témoignage exemplaire de foi : c’est à eux que va notre prière, notre proximité fraternelle et toute notre admiration. De plus, la sécularisation en cours dans les pays européens tend à enfermer la religion dans la sphère privée et à la reléguer aux marges de la société. C’est ici que nous retrouvons le droit fondamental des parents à éduquer leurs enfants selon leurs convictions.

Afin que cette liberté soit possible, il faut que les écoles catholiques puissent mener leur tâche éducative en faveur de toute la société avec tous les soutiens opportuns. Les évêques européens insistent sur ce droit fondamental même en Terre Sainte et expriment leur solidarité à l’égard des pasteurs et des familles préoccupées pour l’éducation de leurs enfants.

Un autre sujet qui est apparu fréquemment et qui relie l’Assemblée au prochain Synode est celui de la Famille. L’on a insisté sur la beauté humaine et chrétienne de sa réalité universelle : papa, maman et enfants. La diminution du taux démographique qui caractérise presque tous les pays européens à soulevé une préoccupation particulière. À Nazareth, les Présidents des Conférences Episcopales, en collaboration avec les familles locales, ont prié pour le Synode et ces familles, avec les prêtres, ont assuré que pendant l’assise, elles prieront quotidiennement dans la Basilique de l’Annonciation pour le Pape et les Evêques réunis à Rome.

L’Eglise croit fortement en la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme : elle est la cellule de base de la société et de la communauté chrétienne elle-même. L’on ne comprend pas pourquoi des réalités différentes de cohabitation devraient être traitées de la même façon. La tentative d’appliquer la «théorie du genre » est particulièrement inquiétante : il s’agit d’un projet de la « pensée unique » qui tend à coloniser même l’Europe et à laquelle le Pape François a souvent fait allusion. L’Eglise n’accepte pas la « théorie du genre » car c’est l’expression d’une anthropologie qui s’oppose à la valorisation véritable et authentique de la personne humaine.

En vue de l’année de la miséricorde, les pasteurs ont renouvelé leur engagement à l’égard du véritable bonheur et du destin de l’homme. Ainsi, comme les premiers apôtres, ils s’adressent à l’homme européen et aux Etats avec la Parole de l’Évangile, conscients du fait que seulement en Jésus-Christ l’on peut trouver les réponses aux questions profondes du cœur et voir s’épanouir pleinement l’humanisme européen.

Retrouvez la communication intégrale sur le site radiovaticana.

 

 

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page