Unesco, 29 et 30 juin 2015: Femmes, héroïnes de la lutte contre la pauvreté. Les enjeux de l’éducation. Reviewed by Momizat on .   Depuis deux ans Maryvonne Kayser et Virginie Rothey, membres de Femina Europa et  Représentantes internationales de l’UMOFC, Union Mondiale des Organisat   Depuis deux ans Maryvonne Kayser et Virginie Rothey, membres de Femina Europa et  Représentantes internationales de l’UMOFC, Union Mondiale des Organisat Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » LIBERTES » Bien commun » Unesco, 29 et 30 juin 2015: Femmes, héroïnes de la lutte contre la pauvreté. Les enjeux de l’éducation.

Unesco, 29 et 30 juin 2015: Femmes, héroïnes de la lutte contre la pauvreté. Les enjeux de l’éducation.

 

Depuis deux ans Maryvonne Kayser et Virginie Rothey, membres de Femina Europa et  Représentantes internationales de l’UMOFC, Union Mondiale des Organisations Féminines Catholiques, auprès de l’UNESCO, participent à un groupe de travail chargé de la préparation d’un Forum intitulé : « Forum 2015, rôle des femmes dans la lutte contre la pauvreté ».

 

Ce Forum aura lieu en France au Siège de l’UNESCO à Paris, les 29 et 30 juin 2015 durant  deux journées consécutives.

 

Pourquoi s’interroger sur le rôle des femmes dans la lutte contre la pauvreté ? Cette question en amène une autre : pourquoi parle-t-on du rôle des femmes et non pas de celui des hommes ? La réponse est que ce sont les femmes qui sont les plus touchées par la pauvreté et l’approche de la question a été induite par ce constat.

 

La pauvreté recule mais les inégalités persistent entre les régions et les groupes d’individus. La pauvreté n’est pas que financière mais elle est multidimensionnelle et signifie l’exclusion sociale, économique et politique.

 

Selon les rapports des Nations Unies, 70% des personnes pauvres dans le monde sont des femmes et la majorité des 1,5 milliard de personnes extrêmement pauvres vivant avec moins d’un dollar par jour dans le monde sont des femmes.

 

Les femmes sont à la fois les premières victimes de la pauvreté et les premières à trouver des systèmes de survie, grâce à une résilience et une solidarité face à des situations extrêmes.

 

Le Forum veut démontrer par des données et des faits avérés dans différentes régions du monde que les femmes sont actrices du changement pour peu que l’on veuille atteindre l’objectif de l’agenda de l’après 2015 d’une société juste, inclusive et durable où elles sont sur le même pied d’égalité que les hommes.

 

La finalité du forum est de démontrer par de nombreux témoignages de différents pays que les femmes font preuve d’inventivité face à la pauvreté et sont en capacité de dégager des actions concrètes et innovantes, en matière de lutte face aux différentes formes de pauvreté pour les modéliser.

 

Le programme du Forum prévoit que ces deux journées se dérouleront sous la forme de séances plénières avec notamment la possibilité d’interventions d’experts de la Division de Egalité des genres et de la Division du secteur des Sciences humaines et sociales de l’UNESCO.

 

Les grands axes qui seront présentés durant ce Forum seront centrés autour de quatre thèmes principaux afin de mettre en valeur l’importance de l’investissement des femmes dans la société et leur rôle prépondérant dans la lutte contre la pauvreté.

 

Des tables rondes seront animées par des experts spécialistes des thématiques traitant de la pauvreté tant sur le plan politique, économique que celui du rôle de l’éducation dans l’autonomisation des femmes et de leur gestion des conflits permettant de contrer toutes formes de violence à leur égard. Il n’est pas vain, de pouvoir envisager dans le cadre de la dernière table ronde par exemple,  de repenser la lutte contre la pauvreté en appréhendant le rôle des femmes dans les sciences et le développement durable et les nouvelles technologies de la communication et de l’information, comme outil d’autonomisation.

 

Durant la seconde journée de ce Forum, 16 ONG seront également appelées à témoigner pour  présenter leurs actions et leurs projets en matière de lutte contre la pauvreté pour démontrer que l’avenir d’un développement durable dépendra de l’égale participation des hommes et des femmes dans la société, à condition d’éliminer les obstacles qui empêchent les femmes d’exercer pleinement leurs droits et de participer au développement de la communauté au niveau local et global.

Actuellement les Représentantes internationales préparent un document de présentation d’ONG de l’UMOFC à remettre aux services de l’UNESCO pour étude.

 

Nota : La fin du Forum sera marquée par une déclaration collective qui sera remise aux Etats-membres, aux organisations internationales et à la société civile.

Paris le, 27 mars 2015

 

Maryvonne Kayser et Virginie Rotheÿ

Représentantes internationales auprès de l’UNESCO pour l’Union mondiale des organisations féminines catholiques (UMOFC / WUWCO)[1]

Membres de FEMINA EUROPA[2]

 

 


[1] http://www.wucwo.org/fr/about_us

[2] http://femina-europa.org/actu/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page