Passer la serpillière ou fermer le robinet? Pour la révision des engagements internationaux et européens. Femina Europa. Reviewed by Momizat on . A quoi sert de passer la serpillère si le robinet reste ouvert? Nous demandons la révision des Traités qui obligent les Etats à appliquer le « gender mainstream A quoi sert de passer la serpillère si le robinet reste ouvert? Nous demandons la révision des Traités qui obligent les Etats à appliquer le « gender mainstream Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Genre » Actualités » Passer la serpillière ou fermer le robinet? Pour la révision des engagements internationaux et européens. Femina Europa.

Passer la serpillière ou fermer le robinet? Pour la révision des engagements internationaux et européens. Femina Europa.

A quoi sert de passer la serpillère si le robinet reste ouvert?

Nous demandons la révision des Traités qui obligent les Etats à appliquer le « gender mainstreaming »


Voici ce que l’on peut lire dans le projet de loi de finances 2012 pour la France:


« Continuer à réduire les inégalités entre les femmes et les hommes en luttant contre les stéréotypes de genre est une préoccupation prioritaire de la politique du gouvernement.

Cette politique est d’autant plus importante qu’elle s’inscrit dans la mise en œuvre des engagements internationaux et européens pour l’égalité entre les femmes et les hommes souscrits par la France.

Sur le plan international, l’engagement de la France repose sur la Convention des Nations Unies « sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes » (CEDAW) signée le 17 janvier 1980 et ratifiée le 14 décembre 1983. La France est tenue d’adapter sa législation interne pour la rendre conforme aux dispositions de la Convention et de prendre des mesures pour l’appliquer concrètement.

Elle s’inscrit également dans les engagements récents que sont : le Pacte européen 2011-2020 pour l’égalité entre les femmes et les hommes du conseil de l’Union européenne, la stratégie de l’égalité 2010-2015 de la Commission européenne et la stratégie européenne pour l’emploi et la croissance dite stratégie UE 2020.

Ces engagements internationaux et européens sont  complétés par des engagements politiques forts tels que la déclaration et le programme de Pékin (1995) qui a fixé douze domaines d’actions prioritaires et défini une méthode d’action, le « Gender mainstreaming » (approche intégrée de l’égalité) »


Les fonctionnaires de l’ONU travaillent depuis des années à la mise en place du « gender mainstreaming » à tous les niveaux, dans tous les domaines, programmes, lois, plans d’actions….donc une approche holistique planifiée qui sous couvert de parité veut effacer les repères entre l’homme et la femme.

Nous demandons que les Traités soient révisés pour respecter  l’identité de la personne humaine, homme ou femme, et leur égalité dans  la différence.

 

Retour en haut de la page